2.Vient du verbe latin augere faire crotre, s'accrotre.Avec ses temps primitifs, augeo, -es, auxi, auctum, -gere, ce verbe est la source de nombreux mots latins et romans, dont augure (qui prdit, annonce), auguste (lev, digne), auteur (celui qui produit), autorit (puissance, qui a de la valeur), auxiliaire (qui aide, est effice, gurit).

3.Certains se rappelleront peut-tre du mot augment, en grec, voyelle ajoute devant un radical dbutant par une consonne (lier, en grec lun, au pass, je liais, eluon, le e- est un augment).

(source: intermonde.net)

2. AUGURE:

n. m. XIVe sicle. Emprunt du latin augur, driv de augere, "augmenter", l'augure donnant des prsages qui assurent l'accroissement d'une entreprise.

1. ANTIQ. ROM. Prtre qui tait charg de prendre les auspices. Le collge des augures. Bton d'augure. La dignit d'augure tait en grande considration parmi les Romains.

2. Fig. Personne qui se croit ou que l'on croit habile prvoir l'avenir. Se prendre pour un augure. Prendre un ton d'augure. Vous avez t bon augure en cette affaire.

(source: patrimoine-de-france.org)

3. AUTEUR:

Ce mot vient du latin Auctor, c'est  celui qui accrot, qui fait pousser, l'auteur , traduisent couramment les dictionnaires latins.

Conrad de Hirsau, grammairien du xie sicle, explique dans son Accessus ad auctores :  L'auctor est ainsi appel du verbe augendo ( augmentant ), parce que, par sa plume il amplifie les faits ou dits ou penses des anciens

Analysant la notion latine d' autorit , au sens fort, Benveniste rappelle que les substantifs auctor et auctoritas sont issus du verbe augere : auctor est le nom d'agent de augeo, gnralement traduit par  accrotre, augmenter .

Souvenons-nous de ce sens premier, profond, essentiel d'auctor. Ensuite, l'auctor deviendra  celui qui se porte garant de l'oeuvre . Le driv auctoritas fait de l'auteur  celui qui par son oeuvre dtient l'autorit , dsignant un lien de responsabilit avec l'oeuvre, ou avec le sens de l'oeuvre. Au Moyen ge le terme auctor dnote celui qui est la fois crivain et autorit, l'crivain qui est non seulement lu mais respect et cru : tout crivain n'est pas auteur.

(source: fabula.org)